JOURNEES D’ETUDE ET DE LANCEMENT DU

L’ANALYSE DU DISCOURS EN AFRIQUE FRANCOPHONE

Etat des lieux-Objets-Enjeux-Perspectives

Nouvelles dates

3-4-5 Juin 2021

UNIVERSITE FELIX HOUPHOUËT-BOIGNY, CÔTE D’IVOIRE

UFR Langues, Littératures et Civilisations

Abidjan-Côte d’Ivoire

ARGUMENTAIRE

A intervalles réguliers, les spécialistes d’un domaine d’étude font le point sur diverses questions. Ceux de l’Analyse du Discours ne dérogent pas à cette règle. Ainsi, regroupements scientifiques et revues[1] questionnent son positionnement dans les sciences humaines et sociales, son héritage, ses territoires, ses (re)configurations conceptuelles et son expansion au sein d’aires géographiques spécifiques (ALED[2], ADAL[3]). Pour exemple, en 2019, la revue Essais francophones[4] a consacré son numéro 6 à une réflexion sur le positionnement de l’école française d’Analyse du Discours hors de France. Seule l’Algérie y figurait pour le compte du continent africain. Nous ne prétendrons pas que les chercheurs africains sont frappés d’ostracisme. Nous regretterons seulement un faible niveau de visibilité que ce projet envisage de corriger.

Il voudrait donc questionner les fondements et la pratique d’une discipline dont Paissa a pu relever le « vif besoin d’ouverture et de renouvellement culturel, s’accompagnant de la nécessité de s’engager dans la lecture d’un univers discursif de plus en plus multiforme, traversé par des tendances manipulatrices, des instances contradictoires et volontiers inquiétantes »[5] L’objectif ultime en est, avouons-le, « la contribution à l’histoire des idées discursives »[6] en identifiant les discours, les notions, les théories et méthodes, les langues (quelles incidences des contextes sociolinguistiques africains ?), les savoirs et les modalités de leur diffusion.

Du point de vue des hommes, il s’agit, comme le dit Angermuller[7], de retracer un cluster de chercheurs spécialistes de l’AD : quels états des lieux ? Quels précurseurs? De quelles écoles théoriques? Comment s’est faite l’intégration de l’AD sur le plan institutionnel dans les différents pays ?

Au total, ce projet est l’expression d’un besoin d’appropriation ou de réappropriation dont « l’histoire (…) est aussi l’histoire de décentrements qui permettent désormais de parler de méthodes différentes, décalées…»[8]. L’on se souvient que ce champ émerge en France « dans les années 70 » (Gadet, 2010). Il aura fallu attendre plus d’une trentaine d’années avant que la première génération de spécialistes originaires de l’Afrique ne s’intéresse à son édification sur le continent, et aux perspectives fécondes qu’elle ouvrait à la description de corpus littéraires, politiques et de la presse. La naissance, en 2005, du réseau « Discours d’Afrique », à l’initiative d’Alpha Ousmane Barry, ouvrait de francs regards sur l’Analyse du Discours dans le contexte africain. Là encore, les chercheurs ont, pour la plupart, adopté une posture de consommateurs plus que de producteurs de science. Par ailleurs, ils n’ont pu, hélas, se réunir à ce jour autour d’objectifs communs et d’une vision prospective de la discipline. Or, l’Analyse du Discours est une réalité en Afrique et spécifiquement, en Afrique subsaharienne. L’avènement de chercheurs et les thèses soutenues désormais sur le continent invite à en formaliser l’existence et la pratique au niveau des spécialistes, à la formaliser et la cartographier.

De manière générale, l’objectif du  R2AD  est d’élaborer une cartographie de l’Analyse du discours en Afrique francophone, et subséquemment, créer un réseau de spécialistes aux fins de mettre en évidence, les liens dans la praxis de cette discipline en corrélation avec l’aire géographique sus-désignée. Spécifiquement, il s’agira :

  1. D’éditer un annuaire actualisé et exhaustif des spécialistes de l’analyse du discours en Afrique francophone ;
  2. De concevoir une approche historique de la praxis de l’analyse du discours qui en apprécie les moments clés et les mutations observées dans son déploiement en Afrique francophone ;
  3. De dresser bilan critique de ses acquis institutionnels (laboratoires, centres de recherches, unités d’enseignement etc.) et de ses canaux de diffusion (séminaires, colloques, revues spécialisées etc.) ;
  4. D’élaborer une topographie des champs disciplinaires c’est-à-dire des domaines (Sciences humaines et sociales / Sciences du langage) et des méthodes à l’aune desquelles se déploie l’analyse du discours en Afrique francophone ;
  5. De faire l’inventaire des spécificités et innovations méthodologiques de l’Analyse du Discours en Afrique francophone ;
  6. Dresser un état de l’opinion et de la vitalité conceptuelle de cette discipline envisagée comme un « espace de liberté » au cœur de la nécessité continuelle de déconstruire les évidences (Maingueneau 2012) ;
  7. Elaborer une feuille de route de l’action concertée desdits acteurs et spécialistes de l’analyse du discours en Afrique francophone, en vue d’accroitre leur visibilité et leur impact, aussi bien que la portée de leur contribution au développement de l’AD.

 

Ces objectifs seront discutés et affinés lors des journées d’étude et de lancement du R2AD les 3-4-5 Juin 2021

Une phase épistémologique questionnera les grandes catégories d’analyse à savoir :

-Sens et signification

-Typologie de discours

– Discours politique/ Discours Littéraire/Discours de la presse

-Contexte

-Nouvelles catégories d’analyse : Genre/ diversité/Violence verbale….

Une phase administrative adoptera les textes régissant le R2AD et mettra en place ses instances de gouvernance.

 

COMITE D’ORGANISATION :

– Aimée-Danielle LEZOU KOFFI (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)

– Ouattara Amadou ADOU (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)

– Dorgéles Roméo HOUESSOU (Université Alassane Ouattara, Côte d’Ivoire)

– Dominique Edoukou AKA (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)

– Ousmane SIDIBE (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)

– Marie Katiénin Nontêhê COULIBALY (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire)

 

FRAIS  D’INSCRIPTION

Les frais d’inscription sont de 30 000 FRANCS cfa (50 EUROS) pour les communicant.e.s, 15000 francs CFA (22 euros) pour les doctorant.e.s. Ils couvriront le kit du communicant, les repas et les pauses.

 

CALENDRIER ET MODALITES DE SOUMISSION DES COMMUNICATIONS:

-Les propositions de communication devront être adressées, jusqu’au 31 décembre 2020, à l’adresse suivante : R2Adiscours@gmail.com

Les propositions seront accompagnées d’une page de renseignements pratiques comprenant : nom, affiliation, téléphone, adresse postale et électronique. Les résumés (hors bibliographie) ne dépasseront pas 2500 caractères, espaces non compris (Times new Roman 12 avec interligne simple et en format Word en français).

Le retour des propositions de contributions sera communiqué le 30 janvier 2021

-Les candidatures pour une adhésion au R2AD se feront également à l’adresse R2Adiscours@gmail.com . Un CV succinct sera joint à la demande.

 

 

 

[1] Voir Revues Langages N°117, 1995 ; Marges linguistiques, N°10, 2005 ; Semen, N°29, 2010, Langage et société, N° 140, 2012.

[2] L’Association d’Etudes d’Analyse du Discours d’Amérique Latine

[3] Analyse du Discours d’Amérique Latine

[4] Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse du discours « à la française » hors de France, Essais francophones, Volume 6, 2019.

[5] PAISSA Paola, « Juste quelques mots, pour inviter à la lecture… », Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse du discours « à la française » hors de France, (dir.) Rachele Raus, Essais francophones, Volume 6, 2019, p. 8.

[6] RAUS Rachele (dir), « Introduction », Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse du discours « à la française » hors de France, Essais francophones, Volume 6, 2019, p. 14.

[7] ANGERMULLER Johannes, « L’Analyse du discours en Europe » (Dir.) Bonnafous, Simone et Temmar, Malika, Analyse du discours et sciences humaines et sociales. Paris : Ophrys, coll. « Les Chemins du discours », p. 12.

[8] Raus, idem, p.21